Couverture Rb765bis
Revue Banque n° 765bis - Novembre 2013

Supplément du RB 765. Enjeux de la banque de détail & défis pour la formation

Edito

Les 20 ans de l'ADIM-BFA : une volonté de toujours mieux former

ADim BFA
ADim BFA

L'auteur

  • Séjourné
    • Maître de conférences
      GRANEM (UMR-MA n° 49)
    • Directeur
      ESEMAP
    • Président
      ADIM-BFA

Succession de crises financières (éclatement de la bulle des nouvelles technologies, crise des subprime, puis crise des dettes publiques), complexification des produits financiers, fiscalité nationale de l’épargne et du patrimoine sans cesse changeante, nécessité pour les établissements bancaires de diversifier les vecteurs de communication, évolution réglementaire… Toutes ces évolutions, passées, présentes ou à venir, justifient la nécessaire montée en compétence des salariés de la banque de détail.

Ceux-ci doivent démontrer une forte capacité à mieux informer, à gérer les risques et conseiller une clientèle dont l’éducation financière, quoiqu’encore parcellaire, a fortement progressé ces dernières années, sous l’influence des médias et grâce aux efforts des intermédiaires financiers.

Cette évolution a contribué à renforcer la place des Universités dans la formation des banquiers d’aujourd’hui et de demain. Rares sont les établissements recrutant encore massivement à Bac +2. La licence professionnelle (Bac +3) et le Master (Bac +5) sont devenus les sésames pour l’emploi.

Nos formations universitaires font face à un double défi. Elles doivent non seulement réussir l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, mais également les préparer à des carrières dans un contexte économique, technologique et organisationnel difficilement prévisible à l’horizon de plus de quarante ans de carrière. D’où l’importance de cursus longs, formateurs des esprits tout autant que des techniques actuelles.

Le maillage territorial de l’Université en France explique une présence forte auprès des établissements bancaires structurés par caisses régionales et des directions régionales des enseignes nationales. Au-delà, l’organisation en réseau apporte la nécessaire vision nationale et la concertation avec les fédérations professionnelles, les régulateurs, les structures nationales de formation professionnelle. Grâce à cette double ouverture, au cours de ces vingt dernières années, les formations universitaires regroupées au sein de l’ADIM-BFA [1] ont montré une réelle capacité à adapter leur offre de formation aux besoins des établissements et, par là même, à faciliter l’insertion professionnelle des étudiants. Cette volonté de toujours mieux former les collaborateurs de la banque, affirmée depuis vingt ans, continuera de guider nos actions individuelles et collectives dans les années qui viennent.

[1] Association des directeurs d’IUP et de Masters en Banque Finance Assurance.

Sommaire

Consultez un autre numéro