Cas pratique

Unicredit : un début de success story

Peu après l’arrivée de Jean-Pierre Mustier à sa tête, Unicredit entame son redressement à partir de la fin 2016 : le cours de Bourse remonte et les investisseurs répondent « présents », début 2017, à la massive augmentation de capital de 13 milliards d’euros. Il est toutefois trop tôt pour parler de success story, car l’arrivée au pouvoir en Italie de la coalition Ligue/Cinq Étoiles vient compliquer la donne pour la banque.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°823

Attractivité des banques européennes

Fin 2015, le plus dur de la crise semble être passé pour Unicredit. Grâce à l’action énergique de la BCE, la crise des souverains de 2011 et les taux d’État italiens à 6 % sont presque un lointain souvenir. C’est une aubaine pour la plus grande banque italienne qui détient plus de 68 milliards d’euros d’emprunts d’État italiens, contre 41 milliards d’euros de fonds propres « durs ». Elle est même l’une des plus grandes bénéficiaires du fameux « Sarko Trade », l’acquisition de dette souveraine à partir de financements fournis par la BCE, qui permet de générer des gains récurrents.Pourtant, ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Attractivité des banques européennes: les investisseurs sont sélectifs

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet