Réglementation

Un ratio de fonds propres de 20 % ?

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°808

Temps réel : quand le paiement devient instantané

Les remèdes appliqués après la crise financière de 2008, considérés par certains comme ayant conduit à un excès de réglementation qu’il faudrait limiter, s’avèrent, selon d’autres analyses, insuffisants… Pour Lord Adair Turner, ancien banquier et ex-président de la Financial Services Authority (FSA) de 2008 à 2013, ce sont les imperfections inhérentes au système financier, l’excès de dette notamment, qui ont conduit au krach de 2008. En visite à Paris le 13 avril pour la sortie de la version française de son livre « Reprendre le contrôle de la dette » [1], Lord Adair a présenté ses propositions pour éviter les crises futures. L’une de ses idées centrales est qu’il faut limiter la croissance du crédit privé, la dépendance de la plupart des économies mondiales à la dette privée étant en cause dans la crise. D’autant que la majorité des crédits sont des crédits immobiliers, qui ne sont pas utiles à la croissance économique et ne financent pas d’actifs productifs mais ont provoqué des bulles immobilières. Lord Turner propose notamment deux solutions : le renforcement du capital des banques et la limitation des volumes de prêts immobiliers.

« Les exigences de fonds propres des banques devraient être beaucoup plus élevées que celles qui figurent actuellement dans Bâle III. Des ratios de fonds propres de 20 % seraient plus appropriés que de 5 % », estime Lord Turner. Pour lui, cela serait « tant appréciable pour la stabilité financière que pour rendre la croissance moins gourmande en crédit ». Désormais président de l’INET (Institute For New Economic Thinking – Institut pour une nouvelle pensée économique), Lord Adair estime que la politique publique doit se réapproprier les armes de la création monétaire et du contrôle du crédit. « Il faudrait un contrôle resserré des prêts immobiliers », assure-t-il.

 

[1] Lord Adair Turner, Reprendre le contrôle de la dette. Pour une réforme radicale du système financier, Éditions de l’Atelier, 13 avril 2017.

 

Sur le même sujet