Union bancaire

Où sont les fusions transfrontalières?

Tandis que des fusions d’envergure nationale sont annoncées, les fusions transfrontalières que l’Union bancaire devrait, en principe, favoriser se font attendre.

Des fusions d’envergure nationale sont annoncées mais pas de fusions transfrontalières

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°848

Infrastructures en Afrique - Combler le gap de financement

Avec l’annonce en septembre 2020 de la fusion des deux banques espagnoles Bankia et Caixa Bank, quelques semaines après celle du mariage des deux italiennes Intesa SanPaolo et UBI, resurgit la question des fusions transfrontalières à l’intérieur de l’Union bancaire qui devrait, en principe, les favoriser. Or il n’en est rien : il existe, au sein de l’Union bancaire – construction encore largement inachevée – une fragmentation de la liquidité et du capital qui rend peu désirables les fusions transfrontalières, pour ne citer qu’une raison de ne pas aller plus loin dans la construction de grands groupes bancaires européens transfrontaliers. Des fusions transfrontalières seraient pourtant sources de stabilité financière et permettraient de décorréler risque bancaire et risque souverain, objectif initial de l’Union bancaire dont la finalisation est en panne ou presque. Quelques jours avant l’Eurogroupe du 11 septembre 2020, le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a qualifié d’« inacceptables » les retards pris dans ce processus. L’Eurogroupe n’a pas pour autant accouché de réelles avancées. En attendant, les fusions continueront de se faire à la seule échelle nationale. S. G.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet