Compétitivité: les efforts sont insuffisants, juge Moody’s

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°754

Financement des entreprises : la nouvelle place des banques

La mise sous surveillance négative de la note de la France, au mois de février dernier, a été suivie d'effet. Le 19 novembre, Moody’s a retiré son triple A à l’État français. Cette décision a été essentiellement motivée par les mauvaises perspectives de croissance, par le poids financier du mécanisme de soutien européen (MES), et par les rigidités structurelles inhérentes au droit du travail français, qui selon l’agence affectent la compétitivité-coût de la France.

Les prévisions de croissance du gouvernement sont en particulier jugées « exagérément optimistes » : le PLF 2013 est bâti sur une croissance à 0,8 %. Moody’s estime que la croissance de la France devrait être nulle [1]. De plus, même si l’agence adresse un satisfecit à la trajectoire dudit PLF 2013, qui est bonne, et justifie l’abaissement de la note d’un seul cran, les réformes annoncées sont encore insuffisantes, et la capacité de la France à les mettre en œuvre, au vu des réalisations des vingt dernières années, incertaine [2].

[1] Interview parue dans Le Figaro, 20 novembre 2012.

 

Sur le même sujet