Politique monétaire

La BCE rallonge le PEPP

 De nouvelles mesures d’assouplissement annoncées par la BCE

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°851

Numéro double 851-852 : Prospective 2021 - Rétrospective 2020

Le marché s’y attendait : déjà, la réunion de la BCE du 29 octobre 2020 laissait se profiler de nouvelles mesures en raison de la seconde vague de la Covid-19. Et le 10 décembre, Christine Lagarde a annoncé 500 milliards d’euros supplémentaires pour le PEPP [1] qui initialement engageait déjà 750 milliards. Stéphane Déo, directeur Stratégie marchés chez Ostrum Asset Management, a cherché à quantifier l’effet de l’action de la BCE sur l’offre d’obligations souveraines. En prenant un certain nombre d’hypothèses, il estime que les émissions nettes (émissions brutes -remboursements -coupons) après les achats effectués par la BCE seront de -390 milliards d’euros en 2021. Il s’agit là d’une estimation mais, selon Stéphane Déo, « une chose est sûre : en 2021, les achats de la BCE seront beaucoup plus importants que les émissions nettes des gouvernements, créant un vaste excès de demande pour les obligations souveraines dans le but de peser sur les taux ».

L’autre grande décision de la BCE a été de prolonger, jusqu’en juin 2022, la période pendant laquelle les banques pourront se refinancer à des conditions très favorables dans le cadre des TLTRO [2], sous réserve qu’elles continuent d’octroyer des prêts aux entreprises et aux ménages. Avec les opérations de TLTRO, qui permettent aux banques d’emprunter à la BCE à un taux pouvant aller jusqu’à -1 %, Stéphane Déo souligne que « la BCE paye ainsi les banques afin qu’elles continuent de prêter au secteur privé et plus particulièrement aux PME, lourdement fragilisées par la crise de la Covid-19 ». S. G.

 

[1] Le Pandemic emergency Purchase Programme (PEPP) a été lancé le 18 mars 2020.

[2] Targeted Longer-Term Refinancing Operations.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet