Régulation

« La séparation des activités bancaires n’a pas de fondement économique rationnel »

C’est le crédit de mauvaise qualité, et non les instruments de la finance moderne, qui est responsable des crises que nous vivons. Pour Jean-François Lepetit, séparer la banque commerciale de la BFI est donc une erreur. Un recours à la règle Volcker est en revanche souhaitable, à condition de savoir comment l’appliquer. La perte de trading de JP Morgan donne des pistes.

L'auteur

  • J-F. Lepetit
    • Ancien CEO
      Indosuez
    • Ancien président
      Commission des opérations de Bourse (COB)
    • Ancien président
      Commission des normes comptables (CNC)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°750

Les ressources humaines en temps de crise : la grande inconnue

Le principe de séparation des activités de banque commerciale et de banque d’investissement peut-il contribuer à réduire le risque systémique du secteur bancaire ?Non, pas du tout. Je n’avais d’ailleurs pas retenu cette option dans les deux rapports [1] que j’avais rendus à Christine Lagarde, alors ministre des Finances. Suite aux crises que nous vivons depuis 2008, il apparaîtrait qu’une telle mesure soit nécessaire pour séparer le bon grain de l’ivraie. Mais c’est une erreur de diagnostic. Nous sommes dans une crise de l’endettement, y compris lorsqu’il est porté par les États. La ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet