Titrisation

« Le recouvreur des créances pourrait jouer le rôle de rétenteur »

Largement utilisée lorsqu’il s’agit de céder des créances bancaires, qu’elles soient ou pas performantes, la technique de la titrisation pourrait évoluer, notamment pour être mieux adaptée à la réalité du marché secondaire des NPL. S’il aboutit, le package Capital Market Recovery apportera de réelles avancées.

Très souvent utilisée pour céder des créances bancaires, la titrisation pourrait évoluer pour s’adapter au marché secondaire spécifique des NPL

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°853

BILANS BANCAIRES : Les cessions de prêts non performants encouragées

Dans le domaine de la cession de prêts bancaires, notamment de non performing loans (NPL), où se situe la technique de la titrisation ?Pour s'en tenir à une présentation simple, il est pertinent de distinguer trois types d’opérations de cession de créances :– les opérations les moins sophistiquées ne relèvent clairement pas de la titrisation. C’est par exemple le cas de prêts vendus par une banque directement à un investisseur ;– certaines opérations sont des titrisations au sens commun du terme : il s’agit de toutes les cessions de portefeuilles de créances à une entité ad hoc (un fonds ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Les cessions de prêts non performants encouragées

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet