Banques européennes

À la recherche des revenus perdus

La finalisation de Bâle III devrait améliorer la lisibilité des ratios réglementaires, mais aussi entraîner la baisse de ces ratios pour nombre de banques européennes. Là n’est pas le principal défi pour le secteur dont la médiocre rentabilité préoccupe. L’inachèvement de l’Union bancaire pèse sur les perspectives d’amélioration.

L’inachèvement de l’Union bancaire

L'auteur

  • Alexandre Birry
    • Responsable mondial des études pour les Services Financiers
      S&P Global Ratings

Revue de l'article

À première lecture, le dernier rapport de l’EBA (Autorité bancaire européenne) sur l’impact de la finalisation de Bâle III en Europe est préoccupant. Les banques devraient prétendument encore combler un trou de 135 milliards d’euros dans leur capital, malgré une décennie déjà de renforcement continu de leurs fonds propres. Et ce, alors même que les perspectives de rentabilité restent en berne, étant donné l’environnement de taux.À y regarder de plus près, le trou n’en est pas un ou – tout du moins – il est bien plus modeste. Il est improbable que les banques européennes lancent une ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Bâle IV effraie, l’Union bancaire suscite l’espoir

Articles du(des) même(s) auteur(s)