Établissement bancaire

« Les banques françaises ont besoin de se financer sur les marchés »

Première banque française à avoir émis des obligations senior non préférées, le Crédit Agricole SA se réjouit de la création de ce nouvel outil par la loi Sapin 2 du 9 décembre 2016. Ces titres permettent notamment de répondre aux exigences des ratios de résolution. Toutefois, le secteur semble atteindre une limite en matière de réglementation.

L'auteur

  • Nadine Fedon
    • Responsable du refinancement
      Crédit Agricole S.A.

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°357

Financement des banques : nouveaux instruments, nouveaux risques

Crédit Agricole SA a été le premier établissement français à émettre des obligations senior non préférées. Ce nouvel outil de financement pour les banques est-il satisfaisant ?Oui, nous nous félicitons de la création de ce nouvel outil. Les obligations senior non préférées ont été créées par la loi Sapin 2 et ont nécessité une modification du Code monétaire et financier. Elles sont éligibles aux ratios de résolution TLAC et MREL. Elles permettent d’absorber les pertes en cas de résolution mais elles ne sont utilisées qu’après les dettes T1 et T2 si celles-ci s’avéraient insuffisantes pour ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Financement des banques: nouveaux instruments, nouveaux risques

Sur le même sujet