Cet article appartient au dossier : Prospective 2017 : Banque, finance, assurance.

Transition énergétique

L’incitation au reporting climat met la lumière sur les risques de dépréciation massive

Un an après la signature de l’Accord de Paris à la COP21, fin 2015, la COP22 s’est placée en 2016 sous le signe de l’action. Les acteurs privés doivent en effet se saisir des cadres fixés pour les obligations de reporting climat pour réorienter les investissements et les flux, sous peine de faire plonger économie et finance dans le risque systémique.

reporting

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°803

Numéro double 803-804 : Prospective 2017 - Rétrospective 2016

2017 sera une année décisive pour la finance climat, elle sera celle où l’on mesurera le poids des engagements pris dans le cadre de la COP21 de financer la transition énergétique, décarboner les portefeuilles et désinvestir l’industrie du charbon pour limiter ses moyens de nuisance. Le cap des 2 °C maximum de réchauffement climatique fixé par l’Accord de Paris entré en vigueur le 7 novembre 2016 suppose que tous ces engagements soient suivis d’effets et qu’ils permettent de réorienter massivement les flux financiers vers une économie bas carbone.L’élection de Donald Trump à la présidence ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Prospective 2017 : Banque, finance, assurance

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet