Comptabilisation des pertes de crédit

IFRS 9 : des effets significatifs à prévoir pour la dette souveraine ?

La réforme du traitement comptable des instruments financiers, qui entrera en vigueur en 2018, touche notamment les titres souverains détenus par les établissements bancaires. Quel sera l’impact sur les règles de provisionnement ? Et sur le traitement prudentiel de ces provisions ? Différents scénarios sont possibles.

graph

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°355

Traitement prudentiel de la dette souveraine : le casse-tête de la réforme

Dans moins d’un an, les banques vont vivre un changement majeur puisque la nouvelle norme IFRS 9 définissant le traitement comptable des instruments financiers entrera en vigueur au 1er janvier 2018, en lieu et place de l’actuelle norme IAS 39. Tous les actifs financiers comptabilisés au bilan sont concernés.Ce changement revêt un caractère inédit, car il entraîne notamment la mise en œuvre d’un nouveau mode de provisionnement en réponse au fameux principe « too little, too late » que la crise financière de 2008 avait mis à jour. Les banques devront désormais calculer une perte de crédit ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Traitement prudentiel de la dette souveraine : le casse-tête de la réforme

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet