Cet article appartient au dossier : Fiscalité : enfer ou paradis ?.

Échange d'informations

FATCA : de l’ambiguïté à la transparence

Les États-Unis ont décidé de demander à l’ensemble des institutions financières de la planète d’identifier et de déclarer au fisc américain les comptes détenus en dehors de leur sol par des contribuables américains. Ce dispositif appelé FATCA s’est révélé beaucoup plus difficile à mettre en place que prévu, d’autant plus qu’il nécessite de convaincre des milliers d’institutions financières à agir au profit d’une administration fiscale étrangère.

FATCA : de l’ambiguïté à la transparence

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°322

Fiscalité : enfer ou paradis ?

L’administration fiscale américaine, l’IRS [1], a fait l’estimation que la grande majorité des comptes détenus par les citoyens américains hors de leurs frontières ne sont pas déclarés par leurs titulaires, alors que la loi américaine impose non seulement la déclaration des avoirs détenus par les personnes résidentes aux États-Unis, mais également ceux des citoyens américains résidents à l’étranger (expatriés, doubles nationaux).C’est ainsi que le Président Obama a promulgué, en mars 2010, un texte appelé communément FATCA [2] qui fait partie d’un ensemble législatif plus large, le HIRE ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Fiscalité : enfer ou paradis ?

Sur le même sujet