Cet article appartient au dossier : Reporting réglementaire : est-on allé trop loin ?.

Panorama

Exigences de reporting : a-t-on franchi la ligne jaune ?

Bâle III, EMIR, MIFIR, Solvabilité 2, mais aussi AnaCredit ou le reporting G20 : depuis la crise, les demandes des régulateurs et superviseurs en matière de reporting ne cessent d'enfler. Au détriment de la qualité des données et de l'analyse ?

ligne jaune

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°801

Reporting réglementaire : est-on allé trop loin ?

La crise financière de 2008 s’est avant tout soldée par une remise en cause de l’ensemble du secteur financier ; révélant au grand jour les vulnérabilités des acteurs et l’opacité du système, elle a provoqué une véritable crise de confiance. Depuis lors, superviseurs et régulateurs n’ont eu de cesse de vouloir panser les plaies par une révision en profondeur de la régulation financière pour limiter le risque systémique et restaurer la confiance nécessaire au bon fonctionnement de l’écosystème bancaire.La croissance exponentielle en matière de reportings réglementaires ces dernières années ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Reporting réglementaire : est-on allé trop loin ?

Sur le même sujet