Focus

« Briser le lien banques-souverains sans changer les traités »

Dans les négociations visant à finaliser l’Union bancaire, l’exposition des banques à leur souverain constitue un verrou majeur. L’économiste Nicolas Véron fait le point sur les idées débattues dans ce dossier.

Briser le lien entre les banques et les États

L'auteur

  • Nicolas Véron, Bruegel et Peterson Institute for International Economics
    • Économiste
      Think-tank européen Bruegel
    • Senior fellow
      Peterson Institute à Washington
    • Journaliste
      Revue Banque

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°384

UEM - Renforcement de la zone euro : le compte n’y est pas

L’un des objectifs de l’Union bancaire est de rompre le lien entre les banques et les États où se trouve leur siège. Or, au travers des titres d’État qu’elles détiennent et de leurs prêts aux gouvernements et aux collectivités territoriales, les banques demeurent exposées à leur souverain. Quelles sont les pistes explorées pour remédier à cette situation ?Rappelons tout d’abord qu’aujourd’hui les expositions souveraines sont, en pratique, exemptées de la pondération du risque de crédit et ne génèrent donc aucune surcharge en capital pour les banques, quel que soit l’émetteur ; par exemple, ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Renforcement de la zone euro : le compte n’y est pas

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet