Cet article appartient au dossier : Dettes souveraines : un refuge de moins en moins sûr.

Bâle III : une incitation à détenir de la dette souveraine ?

La FBF juge sévèrement les ratios de liquidité tels qu’ils sont actuellement définis. Elle demande donc aux régulateurs de faire évoluer ces règles tout en craignant l’influence du marché.

L'auteur

  • Jean-Paul Caudal
    • Directeur du département « Supervision bancaire et comptable »
      Fédération Bancaire Française (FBF)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°735

La dette souveraine : un refuge de moins en moins sûr

Les banques européennes détiennent une quantité importante d'obligations souveraines de la zone euro et Bâle III les incite à poursuivre dans cette voie. À l’heure où le risque de restructuration des dettes contractées par les États périphériques de la zone euro est de plus en plus souvent pris en compte, notamment par les marchés, cette réglementation va-t-elle dans le bon sens ?Globalement, Bâle III incite à détenir des obligations souveraines, notamment européennes, mais laisse aux banques leur libre arbitre. Toutefois, les ratios de liquidité, s’ils étaient adoptés dans leur forme ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Dettes souveraines : un refuge de moins en moins sûr

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet