Algorithmes en milieu bancaire : une équation à deux inconnues entre propriété et transparence

Les technologies digitales, qui bouleversent aujourd’hui le modèle économique bancaire, se fondent essentiellement sur les algorithmes.
Ceux-ci deviennent des actifs valorisés, vecteurs de concurrence, incitant à leur assurer une protection légale, judiciaire ou contractuelle.
Ils sont simultanément confrontés à des droits tout aussi légitimes : respect de la vie privée, transparence et responsabilité. Cet article se propose donc d’analyser les modes de protection des algorithmes en tant qu’asset (I.) contrebalancés par des principes éthiques et réglementaires (II.).

L'auteur

Revue de l'article

Soumises aux pressions technologiques, réglementaires et concurrentielles, les banques réinventent actuellement leur modèle économique. Premier catalyseur de cette transformation : le digital, qui bouleverse comportements clients et modes de consommation et dont l’instrument central est l’algorithme. L’algorithme a trouvé dans l’environnement bancaire de multiples applications : des plus communes, comme la satisfaction, la prospection, le profilage et la fidélisation de la clientèle 1, aux plus spécifiques à son secteur – connaissance du client (KYC), robo-advisors 2, trading, fraude ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)