Les finances du Vatican

Une médiatisation sans merci : de l'affaire Sindona (1974) aux récents VatiLeaks (2/2)

Alors que l’article paru dans le précédent numéro de Revue Banque (n° 799, daté de septembre 2016, p. 83) a présenté les quatre entités financières du Vatican, cette analyse revient sur les situations financières évolutives et contrastées qu’a connues le Vatican et sur les mesures pour une meilleure gestion et de contrôle déployées au fil des années.

tableau 1

L'auteur

  • Buzelay
    • Professeur émérite
      Université de Lorraine
    • Membre du Cerefige (Centre européen de recherche en économie financière et gestion des entreprises). Titulaire d'une chaire Jean Monnet ad personam
    • Chargé d'enseignement au Centre européen Universitaire de Nancy, à l'Université Paris 1 et à l'Institut catholique de Paris (FASSE). Expert international pour l'évaluation des universités (Qualitas-Ceenoa, Düsseldorf)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°800

Crédit immobilier : le modèle français menacé

I. Des situations financières évolutives et contrastéesAu cours de ces vingt-cinq dernières années, le budget propre à la Cité du Vatican a dégagé un solde plus souvent excédentaire que déficitaire. Les recettes mobilières et immobilières ainsi que celles induites par les visiteurs des musées et par les activités postales ont globalement progressé plus rapidement que les dépenses de personnel, d'entretien et d'investissement (voir Tableau 1).xxxmettre ici tableau 1xxxUne augmentation de l'excédent budgétaire de la Cité du VaticanCes excédents proviennent de la conjugaison d'au moins trois ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet