Recherche

Qualité et exhaustivité de l’information dans les modèles de prédiction de faillite

Les établissements bancaires utilisent des méthodes de modélisation du risque de faillite d’entreprises parmi les plus classiques ; ils se fondent principalement sur des données comptables. Mais la littérature académique met en évidence le fait que les firmes, et particulièrement celles qui font faillite, ont tendance à manipuler leurs comptes.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°811

Blockchain : l’utopie à l’épreuve des premiers tests

La prédiction de faillite a été l’objet de nombreuses études faites par les universitaires ou les praticiens du monde bancaire. Depuis les travaux de Beaver (1966) et d’Altman (1968), un grand nombre de questions ont été abordées. Les travaux ont porté sur le choix de la modélisation (et de la performance des modèles), la définition de la difficulté (défaut bâlois, faillite…), le choix de l’échantillon ou encore la sélection de variables.Des modèles classiquesNous avons rencontré plusieurs services de risque de crédit dans les établissements bancaires sur une période de plusieurs mois fin ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet