Le point de vue du banquier

« Permettre à la banque de garder la gouvernance de son système d’information »

Voilà quatre ans que le Crédit Agricole a décidé d’ouvrir son système d’information à des développeurs tiers via la plate-forme CA Store. Un choix stratégique sous-tendu par une conviction : mieux vaut s’ouvrir selon ses propres règles que laisser les acteurs externes piocher à l’envi sans contrôle possible.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°805

Open bank : le jeu des services financiers modulaires

Quel est l’enjeu des API pour le secteur bancaire ?Les API, en tant que « portes » permettant à deux programmes de communiquer et de s’échanger des données, sont utilisées depuis une trentaine d’années. La nouveauté est qu’aujourd’hui, elles s’ouvrent, ce qui permet d’exposer de manière sécurisée le système d’information (SI) de la banque à un écosystème de développeurs tiers. En effet, à partir du moment où l’on propose d’accéder à ses données bancaires sur Internet, on s’expose au « screen scraping », c’est-à-dire une forme de « piratage » des informations. C’est avec cet objectif de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Open Bank : l’heure est aux services financiers modulaires

Sur le même sujet