Le marketing neuroscientifique et sensoriel, une arme pour faire face à la concurrence des banques digitales et des « robo-advisors »

La mise en œuvre de politiques sensorielles fondées sur les neurosciences permettant de décoder les comportements d’achat des clients peut être une stratégie efficace pour faire face à la concurrence des banques sur Internet et des robots conseillers. Mais elles ne sont pas sans risques sur le plan éthique.

robo-advisors

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°811

Blockchain : l’utopie à l’épreuve des premiers tests

Il y a déjà plusieurs années, le créateur de Microsoft, Bill Gates, se plaisait à annoncer dans ses conférences auprès des dirigeants d’institution financière que « les entreprises et les particuliers auront toujours besoin de services financiers mais pas obligatoirement de banquiers ». La déclaration, prise à l’époque comme une boutade par les experts de cette profession, est en voie de réalisation. Les « banques Internet » ne cessent de se multiplier, en dehors du système financier traditionnel, sur toute la planète. La commercialisation des produits et services financiers commence aussi ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet