Risque opérationnel

Les banques sont-elles vouées à devenir des organisations à haute fiabilité ?

Les banques peuvent utilement s’inspirer des méthodes développées par les industries à haut risque dans la maîtrise des risques technologiques et opérationnels. Ces secteurs sont en effet soumis à des risques systémiques et à un environnement de contrôle assez similaires. Le projet C2R entend faire évoluer l’approche standard du risque opérationnel utilisée dans les banques.

 

Une salle de contrôle de centrale nucléaire

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°740

Les banques centrales en dehors des sentiers battus

L’histoire des organisations à haute fiabilité (High Reliability Organizations), telles que les centrales nucléaires ou les compagnies aériennes, est émaillée d’événements dont la plus récente illustration se trouve être la catastrophe survenue en mars 2011 à la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon. Pour assurer leur pérennité, ces industries à haut risque ont su développer une expertise tant dans la maîtrise des risques technologiques que dans celle des risques opérationnels et humains. Selon une estimation de l’AIEA [1] en 2010, la mauvaise application des procédures de contrôle ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Risques opérationnels : faut-il investir dans le contrôle interne ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet