Cet article appartient au dossier : Ethique et marchés financiers.

Le lanceur d’alerte : quand l’éthique devient politique

À la fois héros dénonçant les injustices et traître déstabilisant l’ordre établi, le whistleblower, « lanceur d’alerte » en français, peine à trouver sa place dans les sociétés occidentales. Quels sont les ressorts psychologiques et sociologiques qui poussent un salarié à « lancer l’alerte »… et à risquer sa carrière ?

lanceur d'alerte

L'auteur

  • Mar Pérezts, emlyon business school
    • PhD, Professeure associée
      emlyon business school & Centre de Recherche OCE

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°802bis

Ethique & marchés financiers

Lever la voix contre une injustice, un acte corrompu, des pratiques illégales ou immorales… rien ne nous semble plus héroïque, plus juste, plus correct. En effet, on voit mal comment on pourrait s’y opposer… en théorie. En pratique, la réalité est nettement plus nuancée et complexe. Les cas sont rares et souvent spectaculaires, non seulement par la gravité des révélations, mais aussi en termes de violence subie par les lanceurs d’alerte eux-mêmes.Notre société occidentale est constamment tiraillée par les pôles d’un paradoxe : on attend que l’injustice soit dénoncée, mais on valorise la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Ethique et marchés financiers

Sur le même sujet