Comptabilité

Goodwill : quelles solutions ? Retour vers le futur

La norme IFRS 3 révisée interdit l'amortissement du goodwill en matière de regroupement d’entreprise et rend obligatoire la conduite de tests de dépréciation à chaque arrêté de comptes. Mais cette pratique s’avère inadaptée, aboutissant à des allocations de capital non optimales. Une solution simple consisterait à (ré)introduire l’amortissement des écarts d’acquisition.*

1. RÉPONSES AU QUESTIONNAIRE DE L’EFRAF

L'auteur

  • Tanguy Faroult
    • Études, Direction Audit Risques et Contrôle Interne
      Groupama
    • Enseignant en mastère Finance Stratégie
      Sciences Po Paris
    • Membre de la Société Française des Évaluateurs (SFEV)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°773

Financement de l'immobilier : profession en chantier

Dans une conférence en 2007 [1], l’économiste américain Jeffrey Sachs soulignait que les politiques ignorent les problèmes pour lesquels ils ne disposent pas de solution. C’est fâcheux, puisque la conscience d’un problème et de son importance est une étape préalable indispensable à la recherche et à l’élaboration d’une solution. Le goodwill est donc un sujet auquel pourrait s’appliquer la formule de Gambetta, utilisée pour l’Alsace Lorraine après la défaite de 1870 : « Y penser toujours, en parler jamais. » Malgré tout, nous verrons que des signes attestent d’une prise de conscience de la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet