Interview

« La biométrie ne peut pas être le seul moyen pour accéder à l’application »

Alors que la biométrie fait un retour discret mais constant dans les interactions entre les banques et leurs clients, il est temps de faire un point sur les obligations légales qui y sont liées. Clémence Scottez, de la Commission nationale de l’informatique et des libertés, nous explique la position de l’organisme sur l’exploitation de ces données.

L'auteur

  • Clémence Scottez
    • Chef du service des affaires économiques, Direction de la conformité
      CNIL

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°806

Élection présidentielle : les enjeux pour le secteur financier

Quelle est la position de la CNIL concernant la biométrie et son usage par des entreprises privées ?Le traitement biométrique est considéré comme risqué pour les libertés des personnes, parce qu’il concerne une information qui va permettre d’automatiser la reconnaissance d’une personne, une information qui va la suivre toute sa vie. Contrairement à un mot de passe, un élément biométrique ne peut pas être changé. S’il est utilisé dans un système et que ce dernier est détourné ou attaqué, la biométrie sera corrompue et ne pourra être modifiée par la suite. L’usage de la biométrie, en cas de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet