Cet article appartient au dossier : La finance américaine : grande gagnante de la crise ?.

Vers le modèle américain de financement des entreprises : quatre problèmes en vue, dont un largement méconnu

Le financement des entreprises de la zone euro se rapproche de celui, par les marchés, des entreprises américaines. Cette évolution pose quatre problèmes : le report du risque de défaut des entreprises vers les ménages ; l’incompatibilité avec Solvabilité 2 ; la fermeture des marchés financiers dans les crises ; et, conséquence souvent mal identifiée, la nécessité d’une forte flexibilité du marché du travail, qui existe aux Etats Unis, beaucoup moins en Europe.

3 graphiques

L'auteur

  • Patrick Artus
    • Chef économiste
      Natixis
    • Membre du Comité exécutif

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°797bis

La finance américaine : grande gagnante de la crise ?

Avec les nouvelles réglementations des banques européennes, et aussi avec le Quantitative Easing, le financement des entreprises de la zone euro se déforme ; il est réalisé de moins en moins par le crédit bancaire, de plus en plus sur les marchés financiers, et il se rapproche donc du mode de financement des entreprises américaines. Cette désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro génère quatre problèmes, dont le quatrième est peu connu. Il s’agit :du transfert du risque de défaut des entreprises des banques vers les épargnants de base (les ménages) ;de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

La finance américaine : grande gagnante de la crise ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet