Cet article appartient au dossier : Banques émergentes : vers un nouveau pouvoir au Sud.

Turquie : un secteur bancaire qui recèle encore du potentiel

Avec de hauts niveaux de solvabilité et de liquidité, le secteur bancaire turc est l’un des plus robustes au monde. Avec un RoE d’environ 15 % pour un rendement des actifs de 2 %, il suscite également l’intérêt des investisseurs. D’autant qu’avec 590 milliards d’euros d’actifs et 345 milliards d’euros d’encours de prêts, il reste encore insuffisamment développé.

Turquie : un secteur bancaire qui recèle encore du potentiel

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°760

Banques émergentes : vers un nouveau pouvoir au Sud

La Turquie compte actuellement 48 banques, représentant un réseau de quelque 11 000 agences et employant environ 200 000 salariés. Sur ces 48 établissements :3 sont des banques de dépôts à capitaux publics ;28 sont des banques de dépôts à capitaux privés ;13 sont des banques d’investissement et de développement ;les 4 restantes sont des banques islamiques [1].Après une longue interruption, le régulateur bancaire turc, la BDDK [2], a récemment octroyé deux nouvelles licences : l’une à la libanaise Audi Bank, l’autre à la japonaise Bank of Tokyo-Mitsubishi. Par ailleurs, il vient d’être ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Banques émergentes : vers un nouveau pouvoir au Sud

Sur le même sujet