Banque de marché

La relance de la titrisation en France

Si la titrisation a joué un rôle d’amplificateur dans la crise financière récente, les appels à une relance de cette technique indispensable pour le financement des entreprises se multiplient. Cette relance passe par un ensemble de mesures d’assouplissement ou de correction des dispositifs existants, mais surtout par une intervention de la BCE et des banques centrales nationales, pour assurer la liquidité de ce marché.

La relance de la titrisation en France

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°772

Plongée dans les IFRS : vers des eaux plus claires et calmes ?

En 2008, le volume des émissions de titres réalisées par les véhicules de titrisation en Europe s’élevait à 646 milliards d’euros ; 5 ans plus tard, ce volume annuel a chuté à 155 milliards d’euros. L’assèchement de cette source de financement aurait été dramatique si la BCE n’avait pas adopté des mesures exceptionnelles pour faciliter le refinancement des banques. Aujourd’hui, en dépit des abus auxquels elle a donné lieu et de son rôle dans la crise des subprime, la titrisation n’est plus rejetée. Les acteurs de la titrisation sont à la recherche d’une titrisation « raisonnée », ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet