Gestion d’actifs

Le « private equity » doit embrasser l’ère de l’information

Le private equity voit ses encours croître d’année en année et il devient une classe d’actifs à part entière. Pour maintenir le développement de cette activité, et sans attendre que cela leur soit imposé, les gérants ont tout intérêt à construire une communication plus organisée sur leurs encours et la valorisation de leur portefeuille.

Allocation détaillée des actifs des fondations universitaires américaines

L'auteur

  • Cyril Demaria
    • Professeur
      HEIG-VD
    • Associé
      Tiaré Investment Management AG

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°739

Infrastructures de marchés : halte au dopage technologique !

À l’avenir, le private equity va devoir fournir, que les praticiens le souhaitent ou non, une information qui devra :être stable à travers le temps, dans la méthode et la fréquence ;être établie sur des données qualitatives et quantitatives ;donner une vision honnête et claire de l’activité ;être systématique, impartiale et basée sur les faits ;être accessible facilement aux tiers et, enfin, complète.Elle devra, en outre, mettre en balance les intérêts en jeu, en étant suffisamment détaillée pour répondre aux besoins de la majorité des tiers, tout en protégeant les intérêts des entreprises ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet