Cet article appartient au dossier : La finance américaine : grande gagnante de la crise ?.

Pour faciliter le redéploiement des banques européennes : achever la construction de l'Union bancaire

Nicolas Véron fait le constat de l’avancée des banques américaines notamment sur les marchés européens. La principale raison en est l’incapacité qu’ont eue les Européens à répondre rapidement et efficacement à la crise financière de 2007-2008. Pour que les banques européennes, notamment de la zone euro, retrouvent des positions de leadership européen et mondial, il faut achever la construction de l’Union bancaire et la suppression de tout couplage entre souverains et banques.

construction union bancaire

L'auteur

  • Nicolas Véron, Bruegel et Peterson Institute for International Economics
    • Économiste
    • Cofondateur
      Think-tank européen, Bruegel
    • Chercheur
      Peterson Institute à Washington

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°797bis

La finance américaine : grande gagnante de la crise ?

Une récente étude publiée par Bruegel [1] fait état des parts de marché conquises par les banques américaines en Europe…En effet. Les banques européennes ont tendance à disparaître dans les league tables à la fois dans les classements mondiaux dans lesquels les banques américaines dominent, mais aussi et c’est peut-être plus notable, dans les classements européens. La contribution de mes collègues Charles Goodhart et Dirk Schoenmaker dans la récente étude de Bruegel est à cet égard intéressante : ils se sont concentrés sur les parts de marché européennes et ont noté l’érosion forte de la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

La finance américaine : grande gagnante de la crise ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet