Peut-on juridiquement limiter la spéculation sur les produits dérivés agricoles ?

Si la volonté politique de limiter la spéculation sur produits alimentaires semble indéniable, le cadre juridique d'une telle intervention n'est, lui, pas encore dessiné. À commencer par la question de la définition même de ces biens que l'on souhaite protéger.

Peux-ton juridiquement limiter la spéculation sur les produits dérivés agricoles ?

L'auteur

  • Hubert-de-Vauplane
    • Directeur juridique et conformité
      Crédit Agricole SA
    • Président
      AEDBF (Europe)
    • Professeur associé
      Université de Paris II Panthéon-Assas

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°290

Les marchés de matières premières agricoles en quête d’efficience

La question de la limitation, voire de l’interdiction, de la spéculation sur certains actifs est aussi ancienne que l’apparition des marchés eux-mêmes. Pourtant, depuis la prise de conscience d’un besoin urgent de protection de la planète, de ses ressources et d’une manière générale de l’environnement, on constate depuis quelques années un besoin de régulation au niveau international, que ce soit : pour limiter les effets néfastes de l’industrialisation galopante de l’économie avec la mise en place de conventions internationales ou de protocoles internationaux comme, par exemple, le ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Les marchés de matières premières agricoles en quête d'efficience

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet