Cet article appartient au dossier : Fusions transfrontalières: les obstacles à surmonter.

Industrie bancaire

Marie-Anne Barbat-Layani: « La fragmentation a tendance à s’amplifier »

Au lieu d’être neutre, la réglementation joue un rôle négatif sur les projets de fusion transfrontalière entre banques, notamment en raison de la fragmentation du capital et de la liquidité au sein même de l’Union bancaire. Ce phénomène tend à s’accentuer sous l’effet de BRRD 2 qui octroie un important pouvoir aux superviseurs nationaux.

La fragmentation joue un rôle négatif

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°833

FUSIONS TRANSFRONTALIÈRES: Les obstacles à surmonter

L’Union bancaire devrait-elle faciliter ou, du moins, ne pas entraver les fusions transfrontalières entre banques ?Après la crise financière de 2007-2008, les opérations de consolidation ont été moins nombreuses en Europe qu’aux États-Unis. Cela explique, en partie, la perte de compétitivité que connaît actuellement le secteur bancaire européen, même si d’autres facteurs entrent en ligne de compte, comme la fragmentation du marché bancaire européen ou la politique monétaire des banques centrales : seule la BCE pratique des taux négatifs, alors que la FED rémunère les dépôts des banques. ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Fusions transfrontalières: les obstacles à surmonter

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet