Marché des matières premières agricoles : peut-on établir une frontière entre spéculation et couverture ?

Si les traitements réglementaires et comptables des opérations sur matières premières sont différents selon qu'il s'agit de couverture ou de spéculation, la pratique montre que la frontière entre ces deux notions est difficile à établir. Les auteurs présentent une nouvelle solution pour asseoir plus clairement cette distinction.

frontière

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°801

Reporting réglementaire : est-on allé trop loin ?

Les normes comptables et fiscales, les textes réglementaires relatifs aux opérations réalisés sur les marchés à terme, mais également certains grands textes économiques, établissent une frontière d’apparence claire entre la spéculation et la couverture. Dans le Traité de la monnaie, publié en 1930, Keynes justifie la courbe décroissante des prix à terme sur les matières premières par l’existence d’une prime de risque payée par les producteurs, qui souhaitent se protéger contre la baisse des cours, aux « spéculateurs » qui acceptent d’endosser le risque. Plus récemment, le projet de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet