Cet article appartient au dossier : Private equity : l'ère de la maturité.

Relations banquiers/investisseurs

« Les banques sont prêtes à financer les meilleurs actifs »

Le métier de private equity est jeune et largement intermédié. Né dans les années 1980, il a connu une expansion forte avant de subir un affaiblissement, lié non seulement à la crise financière mais aussi à la structure même de ce métier. Quelles sont ses perspectives dans les années à venir ?

L'auteur

  • Céline Méchain
    • Managing Director en charge de la couverture des fonds de Capital Investissement en France
      Goldman Sachs

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°289

Private equity : l'ère de la maturité

Quelle est l’importance des opérations de capital investissement et de LBO dans le paysage économique français ?C’est une forme d’investissement en haut de bilan incontournable. Pendant longtemps, les grandes banques n’ont pas considéré les fonds de private equity comme une catégorie de clients à part entière, jusqu’à réaliser à la fin des années 1990 qu’une partie non-négligeable du tissu industriel français et un nombre croissant de très grandes entreprises privées ou cotées étaient détenues par des fonds de capital investissement. C’est pourtant un marché relativement jeune qui a ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Private equity : l'ère de la maturité

Sur le même sujet