Résultats

Les banques françaises face au choc du coronavirus

Les premiers effets de la crise sanitaire sur les banques ont marqué les résultats du premier trimestre avec une hausse considérable du coût du risque et une baisse modérée des revenus. S’il est difficile d’évaluer l’ampleur de la crise sur la durée, le modèle de diversification des activités et des géographies et le renforcement des bilans post 2008 devrait rendre les banques françaises résilientes.

Choc coronavirus

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°845

Crise de COVID-19 : Quelle résilience des banques françaises ?

Les résultats publiés par les grandes banques françaises au premier trimestre 2020 portent les premiers stigmates de la crise du coronavirus, d’une ampleur inédite depuis la seconde guerre mondiale. Si les revenus ont affiché une relative résistance, le coût du risque [1] (auquel la nouvelle norme IFRS 9 confère une grande part d’anticipation) a considérablement augmenté, entraînant un premier recul des ratios de solvabilité. Ces derniers devraient toutefois demeurer au-delà des seuils réglementaires, à la faveur du renforcement continu de la solvabilité bancaire depuis la crise ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Quelle résilience des banques françaises ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet