Economie

« En Europe, la dépendance aux banques constitue une fragilité »

La progression du financement non bancaire est une bonne nouvelle pour la stabilité en Europe, selon l'économiste Nicolas Véron. Cette désintermédiation pourrait être favorisée par l'Union bancaire. Toutefois, les entreprises familiales doivent accepter de dévoiler leurs comptes.

L'auteur

Revue de l'article

Quel jugement portez-vous sur le phénomène de désintermédiation qui touche l'Europe ?En raison de la crise et, dans une moindre mesure, de la réglementation bâloise, les banques européennes doivent réduire leur bilan, ceci avant tout pour redonner confiance aux investisseurs. L'impact de Bâle III est secondaire, même si, pour certaines banques, le respect du ratio de levier pourrait encore intensifier ce mouvement. Ceci crée un contexte propice au développement de canaux de crédit non bancaire, y compris les marchés de titres de crédit (titrisation et obligations) et à l'émergence ou au ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Les entreprises peuvent-elles se passer de taux bas ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet