Portrait de groupe

Emergence : incubateur de la gestion entrepreneuriale française

Emergence a été créée en 2012 pour investir dans les meilleurs talents français de la gestion entrepreneuriale. À la tête de cette initiative développée avec le concours du pôle de compétitivité Finance Innovation, de l’AFG et de Paris Europlace, Alain Leclair, son Président, détaille ce mode original d’incubation et d’accélération, qui bénéfice de la participation de quinze des plus grands investisseurs institutionnels français.

Alain Leclair

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°791

Numéro double 791-792 : Rétrospective 2015 - Prospective 2016

Avant même d’évoquer la naissance d’Emergence, Alain Leclair plante le décor : « Bien que la France soit l’un des pays où l’épargne disponible par habitant est l’une des plus abondante, en l’absence de fonds de pension, cette épargne est peu investie vers les placements longs qui contribuent à financer l’économie. » Parallèlement, alors que les banques sont désormais contraintes par la réglementation dans leur capacité de prêt aux entreprises et que le mouvement de désintermédiation est enclenché, la gestion d’actifs aujourd’hui plus qu’hier a un rôle renforcé à jouer dans le financement de l’économie réelle. « Notamment grâce au dynamisme de ses structures entrepreneuriales », estime Alain Leclair. Ces gestions créées et animées par des actionnaires privés représentent aujourd'hui plus de 10 % des assets managers, contre 5 % au début des années 2000. Elles vont des petites structures (dites « French boutiques ») aux sociétés bien établies comme Oddo AM, Carmignac Gestion, Monéta, Comgest SA, ou encore Financière de l’Échiquier.

Le cap nécessaire de l’internationalisation

L’objectif d’Emergence, fonds d’incubation créé sous forme de SICAV à compartiment, est d’accélérer le développement des gestions indépendantes les plus prometteuses en leur allouant des capitaux à gérer (seed money) pour leur permettre de franchir un nouveau cap, et de passer du stade de PME à celui d’ETI de la gestion. Ainsi renforcés en actifs, ces acteurs accroissent leur possibilité d’entrer plus rapidement dans les radars des investisseurs internationaux contraints à des ratios d’emprise. Ceci d’autant plus que grâce à la révolution numérique, elles peuvent désormais, comme les plus grands acteurs, bénéficier elles aussi d’une visibilité accrue auprès des investisseurs internationaux. « Emergence offre la possibilité d’ancrer à Paris les gérants indépendants et émergents à fort potentiel et contribue à drainer l’épargne mondiale vers les structures les plus prometteuses, innovantes, capables de s’adapter avec souplesse aux attentes du marché, et qui complètent l’offre des grands généralistes » précise Alain Leclair. Alors que le savoir-faire des French boutiques constitue l’un des principaux atouts de la Place de Paris et permet à ces sociétés de s’exporter et de trouver un relais de croissance à l’international, le label Emergence apporte aux incubés une distinction complémentaire, « celle d’une reconnaissance sur leur marché d’origine, en étant passé au filtre très sélectif des plus grands institutionnels français parties prenantes dans le fonds Emergence ».

La sélection de gérants entrepreneuriaux

Emergence cible des sociétés de gestion qui bien que récentes ont déjà une certaine taille, une maturité, et un fort potentiel de croissance. Il s’agit d’accompagner des sociétés pour des tickets en moyenne de 30 millions d’euros, pour une durée minimum de 3 ans et demi, et de les aider ainsi à passer le seuil de 100 à 200 millions d’euros d’encours, en vue d’atteindre chacune un objectif d’un milliard d’euros, nécessaire au développement international. « Nous repérons les gérants qui ont à la fois des références professionnelles, une expérience de gestion pour compte de tiers, un vrai talent de manager, une stratégie entrepreneuriale, et qui fonctionnent avec les standards internationaux en termes de transparence ou de gouvernance » explique Alain Leclair. Pour l’instant, dix sociétés ont été incubées par Emergence au travers de ses deux compartiments : « performance absolue » et « actions européennes » [1].

Le rôle actif des investisseurs dans la sélection des meilleurs gérants

La sélection rigoureuse des gérants se fait à un double échelon : « Le screening exhaustif des meilleurs talents qui candidatent est confié à notre gérant délégataire » explique Alain Leclair. Ce rôle revient en l’occurrence à NewAlpha AM, présidé par Antoine Rolland, qui a été choisi pour les deux compartiments d’Emergence. « Les investisseurs présents au tour de table participent à cette sélection. Nos investisseurs institutionnels sont au cœur de notre gouvernance : ils sont à la fois présents au Conseil d’administration et au Comité d’investissement où ils disposent d’un droit de veto. » L’originalité d’Emergence réside aussi dans l’alignement des intérêts entre investisseurs et gérants. Pendant 3 ans, les investisseurs sont intéressés à la performance des capitaux alloués par Emergence, et perçoivent également une part des revenus des gérants incubés (fee-sharing) constituant pour eux une performance additionnelle pour une durée qui peut être prolongée de 4 années supplémentaires, soit 7 ans au total.

Emergence a levé 350 millions d’euros pour ses deux compartiments auprès de quinze des principaux investisseurs institutionnels de la Place de Paris [2]. Les dix incubés totalisent 2,75 milliards d’euros sous gestion, dont près de 50 % proviennent d’importants investisseurs institutionnels étrangers. « Nous avons eu d’excellents résultats sur cinq de ces sociétés, précise Alain Leclair, une bonne satisfaction sur trois, et deux sociétés ont à ce jour un peu moins bien performé ». Après cette première étape, Emergence et ses investisseurs historiques réfléchissent à prolonger leur contribution au développement de la gestion entrepreneuriale française notamment dans le cadre de la désintermédiation financière en cours et des initiatives nombreuses dans le domaine des FinTech.

 

[1] Performance absolue : Eiffel IG, Bernheim Dreyfus, KeyQuant, Rcube, Blue Hive ; actions européennes : Focus AM, Financière Arbevel, Talence, Finaltis, Fideas Capital.

[2] CMN, AG2R La Mondiale, Aviva, BNP Paribas Cardif, CAVP, CDC, CMNE, CNP Assurances, EDF, Macif, Malakoff Médéric, Matmut, Neuflize Vie, Prépar et UMR.

 

Sur le même sujet