Crise financière : comment réduire l’aléa moral ?

Les prises de risques inconsidérées révélées par la crise des subprime, mais aussi par les fraudes subies par la Société générale ou UBS, illustrent la théorie de l’aléa moral et celle de l’asymétrie de l’information entre actionnaires et opérateurs. Il faut chercher à réduire ces biais, mais la taxation des transactions n’est pas la solution…

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°742

Numéro double : Rétrospective 2011- Prospective 2012

La crise des subprime américains a fait ressortir le problème de l’aléa moral dans le secteur bancaire. La carte blanche, donnée aux opérateurs financiers, pour jouer leur appétit de risque, n’est pas sans conséquence sur l’action des contrôleurs et régulateurs. Si le trader est ainsi incité, via une rémunération importante, à tester les limites du risque, le contrôleur peut en effet être déconsidéré face à celui qui fait les revenus de la banque, voire redevable car le trader finance implicitement son poste. Quant aux auditeurs externes, ils sont rémunérés par l’institution cliente en ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)