Commercialisation de produits dérivés, un exercice risqué

Obligation d’information, de conseil, voire de mise en garde, règles spéciales issues de la MIF… La commercialisation de produits dérivés est complexe et exige beaucoup de prudence de la part des prestataires de services d’investissement. Pour ces derniers, les risques sont en effet conséquents, comme le montre l’exemple des emprunts toxiques des collectivités locales.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°763

Banque de détail : vers un nouveau business model

En février 2003, Warren Buffet disait des produits dérivés qu’ils étaient « des armes financières de destruction massive, porteuses de dangers potentiellement fatals [1] ». Cette expression, pour excessive qu’elle soit, illustre la suspicion qui entoure les produits dérivés. Ces dernières années ont été marquées, sur le plan législatif et jurisprudentiel, par une protection renforcée des utilisateurs de produits dérivés. Quelles sont aujourd’hui les obligations pesant sur le prestataire de services d’investissement (PSI) commercialisant des produits dérivés ?La jurisprudence a développé ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet