Cet article appartient au dossier : Le capital-investissement en manque d’oxygène .

Tendance

L’avènement du « private debt »

À l'heure où la dette bancaire se fait plus rare, de nouvelles formes de financement s'imposent, notamment le private debt. Proposés par des asset managers, cet outil est flexible et procure aux investisseurs (private lenders) des rendements alléchants.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°309

Le capital-investissement en manque d’oxygène

Le private debt est désormais aux financements ce que le private equity a été à l'investissement. Chasse gardée des banques, le capital-investissement institutionnel s'est progressivement émancipé de ces dernières. Par exemple, PAI s'est séparé de Paribas, BC Partners de Barings et Barclays PE de Barclays au cours des années 1990, pour des raisons structurelles, économiques et stratégiques. Une évolution similaire est en cours pour les financements d'acquisition (LBO), favorisant l'émergence d'asset managers indépendants qui offrent une alternative au crédit bancaire. Tendance ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Le capital-investissement en manque d’oxygène

Sur le même sujet