Macroéconomie

Afrique(s), terre inspirée, terre d'inspiration

Avec une croissance annuelle de 5,9 % sur la dernière décennie, l'Afrique suscite l'intérêt. Mais les chiffres ne doivent pas faire oublier la réalité du terrain, celle d'un continent hétérogène, insuffisamment doté en infrastructures et en capacité de formation, où il est difficile de trouver des financements et où l'État de droit est parfois difficile à garantir. Mais sur l'ensemble de ces points, les progrès sont à portée de main. Il est temps d'entrer de plain-pied dans la prochaine étape : celle d'une croissance économique au service d'un réel développement social.

L'auteur

  • Estelle Brack, Université Paris 2 - Panthéon Assas
    • Chargée de Mission Affaires Internationales et économiste Senior
      Fédération bancaire française
    • Chargée d’enseignement
      Université Paris-2 Panthéon-Assas

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°314

L’Afrique subsaharienne : nouvel eldorado pour les services financiers ?

Il n’y a pas une Afrique, mais plusieursL’Afrique du Nord n’est pas l’Afrique de l’Est, ni celle de l’Ouest, l’Afrique centrale ou l’Afrique australe. En 2010, le PIB a ainsi augmenté de façon différenciée sur le continent : de 7,1 % en Afrique de l’Est, 6,9 % en Afrique de l’Ouest, 5,7 % en Afrique centrale, 4,1 % en Afrique du Nord et 3,5 % en Afrique australe, selon la Banque Africaine de Développement. Et même à l’intérieur de ces régions, il existe une diversité culturelle, sociale, d’ouverture au monde, linguistique, des systèmes juridiques différents (même si l’OHADA [1] fête ses ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

L’Afrique subsaharienne, nouvel eldorado pour les services financiers ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet