Signature électronique

BPCE fait sa révolution numérique

Signature électronique Caisses d'epargne

Pour en savoir plus

image
  • Signature électronique Banques populaires

    Signature électronique Banques populaires

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°760

Banques émergentes : vers un nouveau pouvoir au Sud

Dans le cadre de son programme de migration vers une « entreprise numérique », le groupe BPCE va équiper de dispositifs de signatures électroniques en agence toutes les agences de ses réseaux Caisses d’Épargne et Banques Populaires. Ces dispositifs ont déjà été testés dans quatre régions : Auvergne-Limousin, Midi-Pyrénées et Nord-France-Europe pour les Caisses d’Épargne, et les Banques populaires de l’Ouest. Le but, selon Jean-Yves Forel, directeur général de BPCE en charge de la banque commerciale et de l’assurance, est d’améliorer la traçabilité des échanges entre la banque et son client en facilitant l’accès aux dossiers et en permettant aux clients de stocker leurs documents dans leurs propres environnements numériques. Ce sera également un pas de plus vers la dématérialisation en économisant 365 millions de feuilles de papier par an sur le milliard de feuilles consommées par les réseaux sur la même période.

Pour autant, chaque réseau a choisi une méthode différente de signature. À la Caisse d’Épargne, cette signature numérique passe par une signature physique réalisée en agence sur une tablette et une validation de la carte d’identité devant le conseiller clientèle. Aux Banques Populaires, le client s’authentifie et signe le document en agence, soit en utilisant sa carte bancaire et son code PIN, soit en tapant un mot de passe non rejouable reçu par SMS, le tout se faisant également devant le conseiller. Cette signature électronique et la dématérialisation des documents associés préfigurent la prochaine étape qui sera la mise à disposition pour les clients d’un coffre-fort numérique où stocker leurs contrats et documents de façon sécurisée, qu’ils soient liés à leurs relations bancaires ou non (contrat de travail, d’abonnement à EDF, etc.). Ce coffre-fort numérisé devrait être lancé à partir de septembre dans le réseau Caisses d’Épargne, puis dans les mois suivants chez Banques populaires. Les modalités pourraient différer d’un réseau à l’autre. À noter que la BRED, qui fait partie du réseau Banques populaires, propose déjà avec son offre iPab un coffre-fort numérique facturé entre 12 et 18 euros par an.

 

Sur le même sujet