Innovation

Bankin initie les virements à la place de ses clients

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°807

Résolution: sur qui repose l’effort ?

La FinTech française Bankin, qui propose déjà de l’agrégation de comptes, n’a pas attendu la DSP 2 pour étendre ses services à l’initiation de virement pour le compte des clients. « À ce stade, nous proposons de réaliser les transactions d’IBAN à IBAN à partir de sept banques, à condition que le compte bénéficiaire soit déjà enregistré sur l’interface du client », explique Joan Burkovic, son fondateur. D’autres banques seront peu à peu ajoutées au dispositif. En l’absence d’API, Bankin utilise l'interface en ligne mise à la disposition du client par la banque, comme pour l’agrégation. Cette offre d’initiation de paiement, sur laquelle travaille également son concurrent Linxo, répond en particulier à des cas d’usage liés à l’épargne : virement automatique avant que le compte courant ne soit à découvert ou épargne automatisée. Bankin a entamé les démarches pour devenir AISP et PISP en janvier 2018. Reste qu’à ce stade, la DSP 2 ne couvre que les opérations sur comptes de paiement. L’option d’étendre le périmètre aux comptes d’épargne et de crédit a été soumise par ces nouveaux acteurs à Bercy. La directive sera transposée sous forme d’ordonnance au printemps mais « une partie du dispositif sur lequel nous travaillons nécessitera un vote parlementaire » précise-t-on à Bercy. Les comptes épargne seraient concernés. « Nous tâchons d’expliquer aux instances européennes la réalité du marché, milite Joan Burkovic. Aujourd’hui, seuls 25 % des comptes agrégés sont des comptes de paiement. En l’état actuel de la réglementation, c’est donc la majorité du marché qui restera non régulée. »

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet