Le point de vue de la sociologue

« L'offre spécifique est protectrice, elle permet un abonnement à des produits de base pour un prix raisonnable »

Membre du Conseil scientifique de l’Observatoire de l’inclusion bancaire, la sociologue Jeanne Lazarus livre son approche de l’inclusion bancaire par la réglementation et par les acteurs bancaires en France. Elle estime les engagements récents favorables mais les banques doivent proposer davantage l’offre spécifique.

Il reste 1% de ménages non bancarisés

L'auteur

  • Jeanne Lazarus
    • Sociologue
    • chargée de recherche
      CNRS
    • professeur
      Sciences Po

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°832

Clientèles fragiles: Les banques s’engagent

La France compte 99 % de bancarisés, qui sont les 1 % restants ?99 % de ménages bancarisés, c’est déjà une partie des individus qui ne le sont pas : le taux de bancarisation des femmes et des jeunes est plus faible.Les ménages appartenant aux 1 % non bancarisés, pour une part, sont en transit entre deux comptes, des jeunes, ou encore des personnes de passage comme des étudiants en échange. Donc ce ne sont pas des exclus bancaires. Il y a aussi les gens qui s’apprêtent à recourir au droit au compte, qui ont été radiés de leur banque à cause d’incidents sur leur compte. Il y a des gens ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Clientèles fragiles : les banques s'engagent

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet