Cet article appartient au dossier : Financement, FinTechs : les investisseurs ont-ils raison ?.

Paysage bancaire

Les néobanques condamnées à un rôle secondaire

Si les néo-banques rencontrent un certain succès et bousculent le paysage bancaire, elles ne semblent pas en mesure de prendre l’ascendant sur les banques traditionnelles. Elles peuvent toutefois devenir pérennes mais doivent pour cela multiplier le nombre de leurs clients, en étoffant leur palette de produits et services.

Les néobanques condamnées à un rôle secondaire

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°381

Fintechs: les investisseurs ont-ils raison ?

Dans un environnement bancaire français marqué par l’arrivée des nouvelles technologies et par une volonté politique d’ouverture à la concurrence, les néo-banques sont venues révolutionner les pratiques. Elles ont fait l’objet d’un accueil enthousiaste et conquièrent un nombre croissant de clients. Pour autant, les banques digitales ne parviennent toujours pas à s’imposer comme des établissements de premier rang et peinent à être rentables. Les néo-banques sont-elles condamnées à rester cantonnées à un rôle secondaire dans le système bancaire ?Afin de trouver des éléments de réponse à ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

FinTechs : les investisseurs ont-ils raison ?

Sur le même sujet