Cet article appartient au dossier : Protection de l’épargnant : jusqu’où faut-il aller ?.

Un représentant des épargnants

« En France, la supervision est insuffisante »

À écouter ce défenseur des épargnants, de nombreux efforts restent à fournir pour leur assurer une protection optimale. Les améliorations concerneraient aussi bien les obligations des établissements que les contrôles menés par certains superviseurs, français notamment.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°751

Protection des épargnants : jusqu’où faut-il aller ?

Pourquoi pensez-vous que les épargnants doivent être protégés ?Les épargnants sont trop souvent les victimes de l’industrie financière. Les exemples ne manquent pas. Au début de la crise, des banques et des gérants de premier plan ont fermé des fonds monétaires dynamiques dans lesquels de nombreux particuliers avaient placé leurs liquidités, pensant disposer là de placements sûrs. Les conseils délivrés aux épargnants sont souvent insatisfaisants et les conflits d’intérêts fréquents, comme l’a montré la condamnation de la Banque Populaire des Alpes qui avait vendu des actions de Natixis, ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Protection de l’épargnant : jusqu’où faut-il aller ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet