Vers un nouvel équilibre mondial

La Chine et l’Inde, acteurs clés du potentiel africain

La Chine et, dans une moindre mesure, l’Inde ont instauré avec l’Afrique une relation basée sur l’achat de matières premières en échange de l’exportation de biens et services. Mais ce modèle est en train de se transformer, au profit d’une Afrique qui entre dans une phase démographique particulièrement porteuse. L’économiste Jean-Joseph Boillot revient sur les nouvelles formes de ce partenariat à trois, qu’il qualifie de « Chindiafrique ».

Chindiafrique

L'auteur

  • Jean-Joseph Boillot, Chindiafrique
    • Conseiller
      Club du CEPII
    • Co-auteur de "Chindiafrique" (Editions Odile Jacob, janvier 2013)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°314

L’Afrique subsaharienne : nouvel eldorado pour les services financiers ?

Voyez-vous la démographie comme l’élément majeur du potentiel économique africain dans les décennies à venir ?La démographie n’est pas la clé si on la limite à la science du nombre : depuis vingt siècles, les trois géants que sont la Chine, l’Inde et l’Afrique n’ont paradoxalement pas vu leur part dans la population mondiale augmenter. Ils en représentent en moyenne entre la moitié et les deux tiers, et cela depuis le premier millénaire. En revanche, une analyse des transformations sociodémographiques en termes de « ressources humaines » apporte un éclairage bien différent. Les pays du ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

L’Afrique subsaharienne, nouvel eldorado pour les services financiers ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet