Cet article appartient au dossier : Dossier ENASS Papers 11.

Le run-off à l’heure de Solvabilité 2

La chasse aux passifs est-elle ouverte ?

Le nouvel environnement règlementaire créé par Solvabilité 2 modifie l’approche du run-off, qui désigne les portefeuilles qui ne font plus l’objet d’une souscription active, et l’industrie qui s’est développée autour d’une gestion optimisée des portefeuilles inactifs. L’étude de cette activité de run-off pour les branches non-vie, cœur de cible des sociétés spécialisées, essentiellement britanniques, montre ces évolutions, et la nécessité de développer aujourd’hui des modèles internes.

L'auteur

  • Fabienne Leroy
    • MBA « Manager d’entreprise d’assurance » CNAM-ENASS 2011

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°347

ENASS Papers 11

« Les chasseurs de passifs attendent leur or », titrait l’Argus de l’Assurance en novembre 2005. Au vu du faible nombre d’opérations réalisées en matière de run-off dix ans plus tard, ils semblent bien l’attendre encore. En France, le run-off ne correspond ni à une entreprise juridique, ni à une activité spécifique. On prendra donc une définition large : le run-off désigne les portefeuilles qui ne font plus l’objet d’une souscription active, ainsi que l’industrie qui s’est développée ces dernières années au niveau international autour d’une gestion optimisée de portefeuilles inactifs. ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Dossier ENASS Papers 11

Sur le même sujet