Banque de détail : les stratégies low-cost à la loupe

Face à la complexification croissance de l’offre, le low-cost revendique un dépouillement de l’offre fondée sur les fonctions essentielles, en échange d’un prix plus faible et d’une optionalisation des fonctions secondaires. Après avoir rappelé les principes fondateurs d’une stratégie low-cost, nous proposerons les résultats de notre étude qui nous permet de dresser un état des lieux de la présence des établissements bancaires sur ce marché et de présenter les options marketing et stratégiques déployées par ces prestataires.

Loupe

L'auteur

  • Nathalie Audigier
    • Maître de conférences en Gestion, Responsable du Master 2 Marketing/Vente
      Université de Bretagne Sud
    • Membre du Laboratoire d’Économie et de de Gestion de L’Ouest (LEGO)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°805

Open bank : le jeu des services financiers modulaires

Présent dans nos habitudes de consommation et profondément ancré dans différents secteurs de notre économie, le concept de low-cost est progressivement devenu une catégorie range tout, une étiquette apposée rapidement à un produit ou un service pour signaler un faible coût, un prix bas, allant même jusqu’à s’imposer dans nos esprits comme une tendance indéfectible de notre économie. En réalité, le low-cost a des limites bien plus nettes et des spécificités qui définissent clairement ses composantes. Si sa présence est très forte au sein de certains secteurs de prédilection, un scénario de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet

  • L’impact de la gestion de la relation client sur l’efficacité commerciale de l’entreprise : Le cas de la banque Attijariwafa

    • Article
    • 24/03/2016
    • Banque & Stratégie N° 345