SAP

Et si l’avenir de la banque était entre les mains des pure players ?

image SAP

L'auteur

Lorsque BNP Paribas a lancé l’an dernier Hello Bank, une banque totalement en ligne et particulièrement pensée pour un usage mobile, la différence avec une banque en ligne traditionnelle n’était pas radicale Il a fallu attendre l’arrivée de Compte-Nickel en septembre en France chez les buralistes, de Soon chez Axa et le rachat par BBVA de Simple (https://www.simple.com/) en début d’année aux États-Unis pour sentir les prémisses d’une évolution de fond Qu’ont en point commun ces services ? Ils proposent tous deux une offre bancaire destinée à ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent plus être bancarisés dans les filières traditionnelles. Pour Frédéric Puche, responsable mobilité SAP, ce sont « des applications qui permettent au client de gérer leur argent (avec des simulations, des synthèses), comme ce qu’on peut observer ailleurs. Ce sont également de vraies banques, mais simplifiées à l’extrême : un compte, une application, un moyen de paiement. » Techniquement ce n’est pas difficile de faire une application reprenant les mêmes fonctionnalités. Ce qui fait son originalité, est l’expérience utilisateur qu’elle propose qui permet aux clients de cette banque de prendre en main leurs comptes et leurs budgets.  Ainsi, les utilisateurs de Simple lancent en moyenne 2,5 fois par jour l’application, ce qui est inédit dans le monde bancaire classique. C’est ce type d’engagement qui peut inspirer les banques, quitte à l’expérimenter via des filiales au risque de voir leurs parts de marché partir vers des pure-players plus innovants.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)